Bienvenue sur le blog Webdesign d'anonymation !
Graphisme, ergonomie, communication, design, etc..

Les objets dynamiques : troisième partie

omaru's-photo

Les articles que je leur dédie s’adressent essentiellement aux néophytes, et j’espère permettront d’éveiller leur curiosité et de les sensibiliser sur ce sujet. Ce sera donc une suite de petits billets centrés sur un aspect du sujet abordé. Les objets dynamiques ont permis de simplifier et d’augmenter considérablement la productivité. C’est un concept à la fois simple et complexe que je vais tenter, par quelques articles, de dégrossir.

Aujourd’hui, je vais aborder quelques particularités et propriétés très utiles qui découlent de l’utilisation des objets dynamiques.

Commençons d’abord par les transformations. Nous avons vu que notre objet dynamique peut-être assimilé à une “coque” protectrice qui permet de préserver l’intégrité des éléments qu’il contient, mais ce n’est pas tout.

Certaines modifications de l’objet dynamique sont conservées et éditables à loisir.

Les modifications “non-destructrices”.

C’est le cas des transformations.

Intéressons-nous à l’échelle dans ce petit comparatif en image.

Note :
Vous remarquerez que le pourcentage de la transformation est conservé à chaque fois que vous en effectuez une nouvelle, ce qui n’est pas le cas pour l’image originale, dont le pourcentage redémarre à 100% à chaque nouvelle transformation.

On retrouve le même comportement pour les transformations de déformation :

Chaque nouvelle transformation vous permettra de retrouver l’état précédent.

Application de filtres dynamiques

Je choisi d’appliquer le filtre pastel :

Un filtre appliqué à un objet dynamique est renommé filtre dynamique.

Le filtre est entièrement modifiable et ne détruit pas l’image originale.

Penchons nous sur le panneau “Calques” :

  1. Cette petite icône est un simple indicateur de présence d’un filtre dynamique sur l’objet, utile quand l’ensemble est réduit.
  2. Un masque est créé spécialement pour n’agir que sur le/les filtres appliqués.
    Il fonctionne comme un masque classique.
    Malheureusement, le masque s’applique à l’ensemble des filtres.
    Il n’est pas possible d’avoir un masque par filtre.
  3. Un double clic sur cette icône vous permettra d’atténuer l’effet du filtre sur l’ensemble de l’objet mais également de choisir le type de fusion souhaité (normal, produit, etc..).
  4. Vous pouvez à tout moment choisir un autre filtre en double cliquant sur son intitulé dans la liste.

Vous pouvez, bien sûr, ajouter plusieurs filtres sur le même objet dynamique. Attention cependant à l’ordre d’empilement de ces derniers qui ne donnera pas le même résultat si vous les permutez.

Conservation des espaces colorimétriques

Une propriété intéressante permet de conserver l’espace colorimétrique de l’image originale. En englobant votre image dans un objet dynamique vous pouvez changer, sans risque d’écrasement, l’espace colorimétrique.

Pour quoi faire ? Tout simplement parce que certains filtres ne sont pas permis dans tous les espaces colorimétriques.

Vous pouvez ainsi englober votre image CMJN dans un objet dynamique, changer l’espace colorimétrique en RVB, et utiliser l’ensemble des filtres proposés.

Répercussion sur le poids du PSD ?

Un petit mot sur l’instanciation de nos objets dynamiques et sa répercussion sur le poids du document pour conclure ce billet.

On pourrait penser que, puisqu’il s’agit d’instances, le poids du document ne devrait pas beaucoup augmenter lors de leur duplication : Faux !

C’est même le contraire.

Exemple pour mon document :

  • 3 objets dynamiques pèsent 5725ko
  • 3 calques classiques pèsent 3610ko

Les objets dynamiques c’est génial mais vos PSD risquent de prendre un peu d’embonpoint.

A bientôt pour une prochaine partie ;)

Merci à James pour la photo !

flickr de James de Ocampo

Voir Les objets dynamiques (smart objects) : Première partie

Voir Les objets dynamiques (smart objects) : Deuxième partie

Commentaire fermés.